Viticulture Durable en Champagne

Ensemble : préservons nos vignobles

Lancée en 2001, la démarche Viticulture Durable en Champagne vise à accompagner l’évolution des exploitations viticoles champenoises vers des pratiques durables. Cette démarche s’articule autour de quatre enjeux bien identifiés :

Logo VDC
  • Maîtriser le recours aux intrants dans un objectif de respect de la santé et de l’environnement
  • Préserver et mettre en valeur le terroir, la biodiversité et les paysages viticoles
  • Gérer de manière responsable l’eau, les effluents, les sous-produits et les déchets
  • Réduire la dépendance énergétique et l’empreinte carbone de la filière

Ces enjeux sont prioritaires pour la profession qui s’est également fixé des objectifs ambitieux :
Zéro herbicide en 2025 et 100% des exploitations certifiées en 2030

Pour atteindre ces objectifs, un référentiel ambitieux et adapté aux spécificités de l’appellation d’origine contrôlée Champagne a été mis en place par le Comité Champagne. Il a permis de créer une dynamique collective de progrès, basée sur le volontariat. Ce référentiel, évolutif, intègre la réglementation, les innovations techniques ainsi que les nouvelles attentes de la société.

Le système de management environnementale de l’entreprise Champagne s’organise alors selon une démarche d’amélioration continue, consistant à̀ :

  • Faire l’inventaire des points critiques et élaborer des plans d’action
  • Mettre en œuvre les mesures proposées
  • Mesurer et vérifier les progrès à l’aide d’indicateurs

Plus de détails sur les 4 enjeux

La maîtrise des intrants et de leurs effets potentiels sur la santé et l’environnement

Le recours aux produits de protection de la vigne est, aujourd’hui, une nécessité technique et économique. De plus, le climat en Champagne est favorable au développement des maladies et ravageurs (vignoble septentrional). La profession investie depuis plus de vingt ans dans la recherche et le développement. Dans le cadre de la viticulture durable, il s’agit d’utiliser les produits avec discernement et de manière responsable. Les entreprises du secteur appliquent cette méthode de plusieurs manières lors des services et travaux effectués pour leurs clients :
  • En respectant les équilibres naturels à l’étape des soins culturaux préventifs (prophylaxie)
  • En évaluant les risques par le suivi de la météo et l’observation spécifique des parcelles pour établir des seuils d’intervention adaptés
  • En sélectionnant des produits de traitements moins dangereux pour le salarié et la nature
  • En maitrisant les applications des traitements en veillant à̀ la qualité́ de la pulvérisation.

La préservation et la mise en valeur des terroirs, de la biodiversité et des paysages

La composante essentielle du terroir Champenois est le sol. Pour une appellation d’origine contrôlée aussi connue c’est un patrimoine inestimable. Il faut donc protéger ce terroir des dégradations et altérations qui peuvent d’une part mettre en danger la pérennité́ de son économie et d’autre part ternir son image. En adoptant les règles de la viticulture durable, le secteur connait des retombées très positives.
Par exemple, les bâtiments d’exploitation sont mieux intègres au paysage, les méthodes d’entretien des sols engendrent le développement de l’enherbement, l’utilisation de piquets en bois est plus esthétique.

La gestion responsable de l’eau, des effluents, des sous-produits et des déchets

Selon une étude du Comité Champagne, la consommation moyenne annuelle de la filière correspond à̀ celle d’une ville de 20 000 habitants. La consommation des différentes étapes d’élaboration du vin est de deux litres par bouteille expédiée et de quatre litres si on inclut l’ensemble des activités viticoles. Cependant, un ensemble de mesures permettent aux établissements vinicoles de limiter leur consommation en eau :
  • En choisissant des revêtements adaptés lors de la conception initiale des locaux
  • En optimisant les procédures de nettoyage
  • En privilégiant le recyclage et la récupération des eaux
L’activité́ viti-vinicole génère également la production de déchets faisant aujourd’hui l’objet d’une grande attention et de mesures concrètes de valorisation de la part des entreprises viticoles.

Réduire la dépendance énergétique et l’empreinte carbone de la filière

Les viticulteurs et négociants doivent évaluer l’empreinte carbone de leurs activités afin d’améliorer leurs performances environnementales dans le cadre de la Certification Viticulture Durable. Le plan Climat de la Champagne repose sur 5 axes principaux : Viticulture et œnologie, Transports, Bâtiments, Achat responsable de biens et services, Actions transversales. Aujourd’hui, de nombreux travaux de recherches et développement ainsi qu’un ensemble d’actions ont déjà permis de réduire l’intensité carbone de la filière Champagne de 15% entre 2003 et 2010.

Plus de détails sur le référentiel 2020 

Le référentiel 2020 est composé de 99 exigences réparties en 3 volets

Je respecte la réglementation,

En route vers la Haute Valeur Environnementale 

J’agis pour la Champagne. 

Exhaustif et adapté aux spécificités de l’entreprise viticole champenoise, ce référentiel permet aux viticulteurs de repenser leurs pratiques en matière de recours aux intrants, biodiversité, paysage, gestion de l’eau et des déchets et consommation en énergie.

Référentiel

Viticulture Durable en Champagne